VOLUBILIS ▪ over 100.000 entries ▪ 1.000.000 data

Exclusive Thai romanization system: WHAT YOU SEE IS WHAT YOU SAY!

Exclusive Thai romanization system: WHAT YOU SEE IS WHAT YOU SAY!
Thai - Romanized Thai - Pronunciation - English - French and much more ...
● VOLUBILIS 8.4 (2017.8) - 103.500 ENTRIES ●

● v. 8.4.171104 - 9.6 MB (04 Nov. 2017) - 103.500 entr. [ODS]
[↓ SourceForge]
Volubilis Original [ODS] OpenOffice/LibreOffice compatible.

ALL-IN-ONE - VOLUBILIS.ZIP (ODS & XLSX files) - 28.3 MB
[↓ Dropbox - Click download button in Dropbox window]
Volubilis Original [ODS] + Volubilis XLSX files

▼ RECOMMENDED FOR DICTIONARY APPLICATIONS ▼
WINDOWS & ANDROID SPREADSHEETS COMPATIBLE

● v. 8.0 - 0.2 MB (10 May 2017) - 1991 entr. [XLSX]
[↓ Google Drive]
Volubilis Basic - Thai Frequency List 2000 [XLSX]
[↓ OneDrive - Excel Online]
Volubilis Basic - Thai Frequency List 2000 [XLSX]
[↓ DropBox]
Volubilis Basic - Thai Frequency List 2000 [XLSX]


● v. 8.0 - 0.6 MB (10 May 2017) - 5155 entr. [XLSX]
[↓ Google Drive]
Volubilis Classic - Thai Frequency List 5000 [XLSX]
[↓ OneDrive - Excel Online]
Volubilis Classic - Thai Frequency List 5000 [XLSX]
[↓ DropBox]
Volubilis Classic - Thai Frequency List 5000 [XLSX]


● v. 8.0 - 1.3 MB (10 May 2017) - 10937 entr. [XLSX]
[↓ Google Drive]
Volubilis Jumbo - Extended 10000 [XLSX]

[↓ OneDrive - Excel Online]
Volubilis Jumbo - Extended 10000 [XLSX]

[↓ DropBox]
Volubilis Jumbo - Extended 10000 [XLSX]


● v. 8.4 - 10.3 MB (04 Nov. 2017) - 103.693 entr. [XLSX]
[↓ SourceForge]
Volubilis Database - Integral 100000 [XLSX]


● Next version / Prochaine version / เวอร์ชันต่อไป
VOLUBILIS 8.5 (2018.1) - release date 25 Dec. 2017

● Bilingual Thai-English Dictionary - v. 8.0 - 10000 entr. - 0.9 MB (xlsx)

● Bilingual Thai-English Dictionary - v. 8.0 - 10000 entr. - 0.9 MB  (xlsx)
Click banner for direct download (xlsx)
BELISAN THAI-ENGLISH (Google Drive)

BELISAN THAI-ENGLISH (OneDrive - Excel Online)

● Dico bilingue Thaï-Français - v. 8.0 - 10000 entr. - 0.8 MB (xlsx)

● Dico bilingue Thaï-Français - v. 8.0 - 10000 entr. - 0.8 MB (xlsx)
Click banner for direct download (xlsx)
BELISAN THAI-FRANCAIS (Google Drive)

BELISAN THAI-FRANCAIS (OneDrive - Excel Online)

Aug 2, 2008

Message 4 : la langue thaïe (les origines)

La langue thaïe

Les origines.

La langue thaïe (ภาษาไทย- phāsa thai), parfois appelée siamois, est la langue officielle du royaume de Thaïlande.

L'analyse ethno-linguistique étant l'affaire des spécialistes, lesquels ne s'accordent pas nécessairement sur la nomenclature des groupes dialectaux, retenons simplement la thèse qui prévaut actuellement, à savoir que la langue thaïe fait partie de la famille linguistique tai kadai et du sous-groupe majeur des langues tai, au même titre que certains idiomes régionaux (Laos, Myanmar, Vietnam, sud de de la Chine ...).

Le thaï est caractérisé, entre autres, par de nombreux termes monosyllabiques qui composent, par agrégation, le vocabulaire courant. Les linguistes le qualifient de langue tonale car une modification du ton entraîne un changement de sens. A cela s'ajoutent les mots sacrés d'origine sanskrite et, surtout, pālie introduits par les courants hindouiste et bouddhistes (Mahayana et Theravada). Plus récemment, il y a eu un phénomène d'assimilation de mots anglais, surtout dans les domaines scientifique et technologique. Le thaï, ou plus exactement le thai central (1) (ไทยกลาง - thai klāng), est la langue véhiculaire, même si les régions du nord (thai muang), du sud et surtout du nord-est (Isan) possèdent leur propre parler dialectal. Le dialecte lao (ภาษาลาว - phāsā lāo) propre à cette dernière région est le “chaînon” qui unit le thai au laotien, langues fortement apparentées.

Les Thaïs distinguent la langue populaire ou orale (ภาษาพูดphāsā phūt) de la langue écrite
(
ภาษาเขียนphāsā khīen), plus châtiée, que l'on rencontre, par exemple, dans la presse.

D'autres formes élaborées de la langue dérivant du sanskrit, du pāli ou du khmer sont utilisées dans un contexte religieux, rhétorique ou protocolaire (ราชาศ้พท์ - rātchāsap / expressions révérencieuses). Elles sont avant tout l'apanage des initiés.

L'Ethnologue (3) ne distingue pas moins de 74 langues et dialectes vivants en Thaïlande dont la majorité, faut-il le préciser, n'est plus guère pratiquée que par quelques milliers, voire quelques centaine de locuteurs.

L'écriture thaïe moderne a été codifiée au XIIIè siècle, en 1283 selon la tradition, par le roi Rāmkhamhaēng (2) ou Rāma le Grand (รามคำแหง).

Cet illustre monarque de la période dite de Sukhōthai, qui régna de 1279 à 1300, “créa” le thaï, probablement à partir de l'ancien khmer et du môn. Pour commémorer les hauts faits de son règne, il fit graver, en 1292, une stèle, toujours visible actuellement. Cette inscription figure au patrimoine mondial de l'Unesco parce qu'elle affirme, d'une part, l'invention des scripts de la langue thaïe et qu'elle constitue, d'autre part, un document exceptionnel sur le mode de gouvernance au XIIIè siècle. C'est à cette même époque que des populations thaïes, originaires du Yunnan (sud de la Chine) où elles avaient dû subir l'invasion mongole, peuplèrent les régions situées de la Birmanie (actuel Myanmar) au Laos. Le royaume de Sukhōthai (1.238-1.376) marqua l'avènement de la nation thaïe. L'art et la culture y connurent un développement florissant, tandis que le bouddhisme d'essence Theravāda, importé de Ceylan, contribuait à l'instruction morale des populations.

(1) aussi dénommé thaï classique, thaï moyen ou thaï standard.

(2) ou Rām Khamhaēng

(3) Catalogue des langues du monde : Gordon, Raymond G., Jr. (Ed), 2005. - Ethnologue : Languages of the World, 15th edition. - Dallas, Tex. : SIL International. - Version en ligne : http://www.ethnologue.com ou http://www.sil.org


Le thaï et les langues du monde.

Il n'existe pas de réel consensus parmi les linguistes pour élaborer une structure définitive des langues du monde. Par conséquent, j'ai principalement utilisé les données de l'Ethnologue (1) (op. cit.). Cette véritable “bible” linguistique référence quelque 6.912 langues vivantes à travers le monde (2005).

╔════════╦═◄ Les familles (2) ════════╦════════════╗

Famille


INDO-EUROPéNNE




Famille


SINO-TIBéTAINE (3)




Famille


TAI-KADAI


(Sud-Est asiatique et Chine du Sud)


Sous-groupes

[langues]

Sous-groupes

[langues]

Sous-groupes

[langues]


Slave

[russe, polonais, bulgare ...]


...



Germanique

[anglais, néerlandais, allemand, danois, suédois, norvégien, islandais ...]

Chinois

(mandarin, cantonnais, autres dialectes chinois ...)



Tai

(Thaï central (4), thaï du Sud, thaï du Nord, thai du Nord-Ouset (Isan), laotien ...)



Roman

[français, espagnol, italien, portugais, roumain ...]

Tibéto-birman


[birman, tibétain, akha ...]




Balte, Celtique, Indien, Iranien, Isolats





La norme internationale ISO/DIS 639-3 (en cours d'élaboration) attribue un code composé de trois lettres à chaque langue recensée, vivante ou morte, écrite ou parlée, internationale, régionale, locale ou dialectale.

Pour le thaï (central), il s'agit de : tha.

Pour plus d'informations sur la classification des langues : http://www.sil.org

(1) Catalogue des langues du monde : Gordon, Raymond G., Jr. (Ed), 2005. - Ethnologue : Languages of the World, 15th edition. - Dallas, Tex. : SIL International. - Version en ligne : http://www.ethnologue.com ou http://www.sil.org

(2) au nombre de 18 dans l'encyclopédie Universalis. L'Ethnologue distingure pour sa part 6 familles majeures et 94 familles secondaires.
(3) certains linguistes, c'est aussi le cas dans l'encyclopédie Universalis, distinguent deux familles : la famille tibéto birmane et la famille chinoise, là où l'Ethnologue n'en considère qu'une seule : la famille sino-tibétaine.
(4) ou siamois, thaï classique, thaï standard.

Mar 29, 2008

Message 3 : système de romanisation BOSphon

La transcription phonétique
(ou translittération)
et la romanis
ation.


S'il est une façon coutumière de se saluer en thaï, il existe, par contre, de nombreuses transcriptions possibles qui ressortissent à la fois à la langue utilisée et au système phonétique adopté par les auteurs. Ainsi, สวัสดี (bonjour) s'écrira tantôt sawasdee, sawatdee, sawadee, sawatdi, sawatdii, swadee ou sawuddee en anglais, sawatdii ou sawatdie en français, voire sauadi en italien ou bien encore sawatdi en allemand. Soit au moins10 transcriptions pour un même mot, ceci n'étant qu'un exemple parmi une multitude d'autres.

Il n'est pas moins surprenant d'apprendre que l'aéroport de Bangkok "Suvarnabhumi" (สุวรรณภูมิ) se prononce en réalité "Suwannaphūm".

Il n'existe au fait aucun système de translittération “universel”, ce qui rend tout échange d'informations (courriel, SMS, chat, messagerie instantanée sur internet ...) très aléatoire.

Des correspondants de pays différents qui n'ont pas la possibilité de communiquer directement en thaï se trouvent, par conséquent, fort démunis. Il est à peine exagéré de dire qu'il y a presque autant de systèmes de translittération qu'il y a de dictionnaires ! A vrai dire, les auteurs ont une tendance innée à privilégier un système de notation calqué sur leur propre langue. Plutôt que de romanisation de la langue thaïe, il est davantage question de francisation, d'anglicisation, de germanisation, d'italianisation etc.

Idéalement, un système de romanisation n'utilise que les caractères de l'alphabet latin et, parfois, des signes conventionnels destinés à reproduire l'accentuation. La phonétique internationale, par exemple, et bien qu'il puisse s'agir d'un mode de translittération particulièrement précis, ne constitue pas à proprement parler un système de romanisation. Les caractères latins utilisés dans la phonétique internationale sont néanmoins d'un grand secours dans l'élaboration d'un système de romanisation pertinent, c'est ainsi que le phonème "ou" peut être romanisé par la lettre "u" plutôt que par "ou" en français, "oo" en anglais, "oe" en néerlandais, etc.

Les problèmes de translittération sont par ailleurs réversibles, les Thaïs ayant eu de leur côté à traduire quantité de noms propres, notamment d'origine française ou italienne, durant les règnes de Rama III à Rama VII. (http://www.arts.chula.ac.th/~ling/abs/1992vilaivan.htm ).

Les premiers essais de romanisation de la langue thaïe semblent remonter au XVIIè siècle, lorsque les pays européens envoyèrent plusieurs ambassades au royaume de Siam. Les plus célèbres demeurent les missions déléguées par Louis XIV et le roi Narai, durant les années 1680, dont l'abbé de Choisy et Kosan Pan ont relaté, chacun à leur façon, les péripéties.

Sous l'égide du roi Vajiravudh (Rama VI), il fut proposé, en 1912, une méthode de romanisation de l'écriture thaïe. Ce système proposait de représenter les mots d'emprunt en fonction de la prononciation originale, en pāli ou en sanskrit, afin de les distinguer des mots thaïs.

Cette distorsion entre la langue parlée et la langue écrite ne permit pas à ce système de se généraliser, bien qu'il soit toujours d'application pour la transcription de nombreux nom propres et quelque 6.500 patronymes dévolus aux membres de la famille royale et aux principauxdignitaires, ou attribués à de simples citoyens.

Il n'existe aucune règle précise pour prononcer correctement ces mots si ce n'est de se référer à un ami thaï. Notons toutefois que la voyelle finale est généralement muette et que la lettre "v", absente dans l'alphabet thaï, se prononce toujours 'w".

Voilà qui éclaircit, du moins en partie, le mystère "Suvarnabhumi"...

Une autre tentative, beaucoup plus récente (1999), est l'oeuvre de l'Académie royale de Thaïlande (Thai Royal Institute - http://www.royin.go.th ).

Celle-ci propose un système de translittération à vocation internationale qui ne tient cependant compte ni de la longueur des syllabes ni des caractéristiques tonales. Il s'agit, a priori, du système officiel de romanisation mais son usage est loin d'être généralisé.

Nous pourrions encore citer la norme ISO 11940 de romanisation de l'alphabet thaï. Mais ce système est d'une telle complexité qu'il s'adresse exclusivement aux érudits et est inapplicable dans le cadre qui nous intéresse. (http://en.wikipedia.org/wiki/ISO_11940).

Dans la pratique, plusieurs systèmes de romanisation coexistent et ils génèrent naturellement de nombreuses incohérences. Le indications routières en sont une merveilleuse illustration.

Ainsi, sur quelques encablures à peine, la localité de Buachet se transforme en Bua Chead et puis Buachad.






Un même patronyme peut être transcrit différemment sur le passeport selon la volonté de son titualire.Une façon se se distinguer des autres membres de la famille.

Le système de translittération de l'Académie royale n'en demeure pas moins la meilleure référence et il a servi de base aux remarquables travaux de Wirot Aroonmanakun, du département de linguistique de l'université Chulalongkorn. Cet éminent spécialiste a développé plusieurs algorithmes de romanisation et de segmentation des mots de la langue thaïe. Les applications informatiques résultantes peuvent être téléchargées librement :

http://www.arts.chula.ac.th/~ling/ ou http://pioneer.chula.ac.th/ãwirote/ling/wire.htm.

C'est à partir du modèle de l'Académie royale (Royin) que j'ai développé le système de romanisation BOSphon (Belisan Open System – phonetics) et composé un dictionnaire multilingue (Volubilis) qui compte à ce jour plus de 25.000 entrées (http://belisan-volubilis.blogspot.com).
Le sytème BOSphon fait l'objet d'un livre séparé et le présent chapitre n'en est que la synthèse.

J'ai dû apporter quelques modifications au système “Royin” qui concernent la longueur des syllabes, la tonalité et la translittération de certains scripts ou phonèmes, faiblesses de ce système par ailleurs soulignées dans les pages anglaises de Wikipedia consacrées à la langue thaïe (http://en.wikipedia.org/wiki/Royal_Thai_General_System_of_Transcription).

Il en résulte un système de romanisation unique et mieux adapté à la multiplicité des langues occidentales : français, anglais, allemand, néerlandais, italien, espagnol ...

On distinguera trois niveaux d'écriture allant de la notation rapide (EasyThai, sans aucun signe diacritique) au système phonétique intégral (ThaiPhon, 8 symboles), en passant par le système de romanisation proprement dit (ThaiRom, 3 symboles). Chacun devrait pouvoir adapter ce système à son usage propre et, en l'occurence, rédiger un guide de conversation, une lettre, envoyer un message ou discuter sur le web, en passant, selon les besoins, d'un niveau à l'autre. L'orthographe reste identique dans chacun des trois systèmes, seul diffère le nombre de symboles utilisés.

En conséquence, il ne subsiste plus qu'une seule forme romanisée du mot สวัสดี (bonjour), quelle que soit la langue utilisée : sawatdī (ThaiRom), sawatdi (EasyThai) ou _sa_wat-dī (ThaiPhon).

Belisan
29/03/2008




messages feed

Questions & Suggestions - คำถามและข้อแนะนำ
▼ archives ▼ archives ▼ archives ▼ archives ▼ archives ▼ archives ▼ archives & agenda

Search messages / Rechercher dans les messages